carrefour_oilP. Collet, président du syndicat des gérants de station services s’exprimait hier soir sur les ondes de Radyo tandou. Le Secrétaire d’Etat et le syndicat de gérants de stations se sont rencontrés et ont aboutis sur un accord. Les gérants de station sont donc OK pour rouvrir leur(s) station(s), ce mercredi 04 Fév 2009.

Le nombre de 118 stations est arrêté. Il faut y rajouter les 3 qui sont actuellement en construction. Ces chiffres sont bloqués opur une période d’au moins 3 ans. En effet le marché guadeloupéen est petit, et ne peut en réalité soutenir d’autres implantations de stations services.

Lors de cette négociation, différents points ont été abordés. Par ex, le système des prix encadré est maintenu. Le modèle administratif sera revu, ainsi que le système des cuves privées qui posent un problème sur le plan de la sécurité, et de l’environnement.

L’un des points les plus sensibles étaient l’implantation de stations automatiques qui va à l’encontre de la création d’emploi, dans notre département. En effet, 70 % de la marge effectuée par les stations sont destinés, à la création d’emploi, au maintien de ses emplois. Sans pompistes, les stations automatiques permettent à leurs gérants d’empocher 100 % de la marge. Des contrôles sur les prix des carburants ont eux aussi été prévus. mouvman53_1

Cependant, le syndicat UTPP-UGTG, (Union des Travailleurs des Produits Pétroliers) membre du collectif (Lyannaj kont pwofitasyon = LKP) prévient lui, que le collectif est toujours en grève, et par conséquent, les stations resteront fermées. Mais, en réalité syndicat de gérants et syndicats de travailleurs ont l’habitude de travailler ensemble. C’est tout naturellement que les gérants soutiennent leurs salariés dans leur mouvement contre la pwofitasyon. Donc aujourd'hui, des stations fermées, des stations ouvertes, pour permettre aux Guadeloupéens de montrer leur mobilisation, et aussi de faire le plein. C'est toute la compléxité d'un peuple, et de sa solidarité. Bienvenue, en Guadeloupe.

De plus en plus de petits patrons dénoncent la création du MEG, dont j’ai parlé dans un post antérieur. En effet, les petits patrons n’y sont pas majoritaires, alors qu’ils représentent 80% du tissu économique guadeloupéen. Il faudrait alors créer un organe représentatif du patronat guadeloupéen conforme à la réalité socio économique de

La Guadeloupe.

Ma Guadeloupe est en marche, je l'espère...

J'espère récupérér des photos du mouvement bientôt, pour vous les montrer.